Notes à propos d’Israel le grammairien

Ce billet vient combler une petite omission de mon article récent concernant la carrière d’Israel le grammairien (Cinato 2020). Tout récemment, Martin Hellmann m’a signalé — et je l’en remercie chaleureusement — qu’un corpus de gloses à Perse transmettait une glose attribuée à Israel (mentionnée par Schlegelmilch et Mayer 2004 ainsi que par Munk Olsen 2009, 4/1: 52 et 98). — Il m’a paru donc nécessaire de faire le point sur cette question.

1. La réception de Perse

Situons tout d’abord le contexte. La tradition manuscrite de Perse est assez bien représentée puisque le catalogue de Munk Olsen compte une centaine de manuscrits1 dont la production s’étale entre le IXe et les XIII/XIVe siècles (Munk Olsen 1982, 2:183‑220, 882; 1989, 3/2:106‑8), auxquels peuvent s’ajouter vingt manuscrits transmettant des commentaires ou des accessus de nature variée.

La majorité de ces manuscrits est abondamment glosée, quoique la présence de gloses reste souvent limitée aux premières satires ; une vingtaine ne comporte aucune glose (voir Munk Olsen, 2009, 4/1: 95-99). Il est notable que le gros de cette tradition s’articule autour des Xe-XIIe siècles. Les rares manuscrits datés du IXe siècle contiennent surtout des extraits ou des florilèges et parmi les quatre témoins qui transmettent le texte des satires plus ou moins complet, un seul, le Vatican Pal. Lat. 1710–I (Munk Olsen 1982, 2 [B.87]), est abondamment glosé jusqu’au fol. 9r (sat. 3, 96; suivant la tradition B).

Ainsi que Munk Olsen le constate (op. cit. 95), l’exégèse médiévale de Perse est particulièrement compliquée à démêler. Une complexité cependant contrebalancée par le fait qu’elle a très bien été étudiée (notamment par Robathan et Cranz 1976). Elle ne compte pas moins de vingt-six commentaires indépendants et en raison d’ensembles de gloses composites, Munk Olsen a reconnu que « chaque manuscrit constitue un cas d’espèce » (ibid.). L’exégèse de Perse s’est constituée au cours du IXe siècle à partir de sources héritées de l’Antiquité tardive. Robathan et Cranz (1976) ont observé une répartition des abondants commentaires produits à partir du Xe siècle en deux grandes familles : la tradition A et B. La tradition A est subdivisé à son tour en deux groupes A et AD (ce dernier groupe comportant des gloses doubles sur une portion de la sat. 1). Le chef de file de la tradition A est le ms. London, BL, Royal 15 B. xix–III (= [C.41], sigle R des éditeurs), qui bien qu’il n’ait pas été glosé comporte après les opera Persii le commentaire du ps.-Cornutus attaché à cette tradition (f. 128r-195v); à ce groupe appartiennent les deux manuscrits étudiés par Zetzel pour leur relation avec le commentaire du Ps.-Cornutus: Wien, OSB 131 (= [B.101] sigle W) et Oxford, Auct. F.1.15–II (= [B.57] sigle O). Dans le cas de l’autre famille, les manuscrits principaux sont Krívokltát, Zámechá knihovna, I d 31 (= [B.31.5] sigle K) et Leiden, Brd, VLQ 18–II (= [C.37] sigle Q). De son côté, le groupe de tradition B présente des limites plus floues (voir la liste dans Munk Olsen 2009, 4/1 : 97), puisque certains témoins comme Paris, BN, lat. 8049–I (= [C.66] sigle N) et Paris, BN, lat. 8272 (= [C.70] sigle P) sont considérés par Zetzel (2005, 122‑24) comme portant des versions mixtes.

2. Une glose attribuée à Israel le grammairien

Plusieurs corpus de gloses transmettent le nom d’Israel — érudit fameux du début de l’époque Ottonienne — et grâce à eux nous savons qu’en tant que grammairien, il a enseigné Donat, vraisemblablement aussi Priscien, mais encore les poètes dits scolaires, ainsi que la plupart des textes de la Vetus logica. Il ne faut donc pas s’étonner qu’outre Horace, il se soit penché sur les satires de Perse, texte difficile s’il en est.

Lisons maintenant la glose qui lui est attribuée2. Elle se trouve sur le ver sat. 1, 46 dans le manuscrit Kopenhagen Kongelige Bibliotek, Gl. Kgl. S. 2028 4° (saec. XI, originaire de St-Pantaléon de Cologne = [C.30], sigle Ko) :

Perse sat. 1, 45-47

non ego cum scribo, si forte quid aptius exit,
quando haec rara auis est, si quid tamen aptius exit,
laudari metuam; neque enim mihi cornea fibra est.

 

➥ quando haec rara auis est \ ‘si quando sit cignus niger et albus coruus’ secundum Israhelem.
(in marg.) Prouerbium antiquum. raram auem dicit uel bonum poetam uel uerum iudicem sine assentione aurium, et est translatum a foenice, que raro uidetur, et hoc uerecunde Persius raro se commode dicit scribere, nam et fenix raro uidetur, quae circa Indie partes moratur.

Or, il est remarquable que cette glose interlinéaire, qui se trouve dans plusieurs autres manuscrits, a circulé soit sans attribution, soit rapportée à Remi d’Auxerre. Dans Nürnberg, Melanchthon-Gymn., Ebner lat.qu.7 (saec. X = [B.56] sigle N) nous trouvons une attribution au maître auxerrois :

quando haec rara avis est ‘si quando sit cignus niger et albus corvus’ secundum Remigium
⟨Pro⟩verbium ⟨antiquum⟩. Raram ⟨avem dicit⟩ bonum ⟨poetam⟩ vel verum ⟨iudicem⟩, idest sine ⟨reprehen⟩sione ⟨…⟩
⟨T⟩ranslatio a fe⟨nice⟩, que raro ⟨vi⟩detur. Hoc verecun⟨de⟩ Persius raro se commode dicit scribere. Nam⟨que⟩ fenix raro ⟨vi⟩detur, que ⟨cir⟩ca Indiae partes moratur.

Dans Oxford, Bodl. Auct. F.1.15 (saec. XI in., Angleterre, Canterbury = [C.57] sigle O):

quando haec rara avis est ‘si quando sit cignus ni⟨g⟩er et albus corvus’ secundum Remigium

quando haec rara avis est scilicet ut aliquid bonum scribam

 Proverbium antiquum; raram autem dicit vel bonum poetam vel verum iudicem, et sine assensione aurium,   et est tra⟨n⟩slatio a fenice, que raro videtur, et hoc verecunde Persius raro se commode dicit scribere. Nam et raro fenix videtur, que circa Indie partes moratur.  

Et finalement dans Wien, Österreichische Nationalbibliothek 131 (saec. X ex. = [B. 101] sigle W) :

1.47 laudari  sc. ab aliquo    metuam  non effugio laudem siquid gratum et laudabile uersibus exhibeam.     si quando scit cignus niger et albus coruus secundum Remigium.    neque enim mihi cornea fibra est.

La glose a dû vraisemblablement être inspiré par un lecteur de Juvénal, car deux vers des satires font état de cette rareté:

6, 165: rara avis in terris nigro que simillima cycno;

7, 202: felix ille tamen corvo quoque rarior albo

À l’exception des quatre gloses précédentes, toutes les autres ne présentent que la glose cignus/corvus inspirée des vers de Juvénal, sans attribution. Zetzel (2005, p. 202, 28-34, appendice 3) avait donné la transcription certaines de ces gloses, dont celles sur W et O (mais pas celles sur Ko et N), je rappelle  ici celles de K et Q :

[KQ] Dicit autem (aut K) hoc Persius uerecunde, quia sicut raro euenit ut coruus sit albus et cignus niger, sic ipse raro scribere se commode et utiliter dicit.

Sur le site Editing glosses réalisé par Martin Hellmann, Stefan Ullrich et Claudia Wiener (cité note 2), nous trouvons encore trois autres gloses sensiblement similaires :

Leiden, Bibliotheek der Rijksuniversiteit VLQ 18 (saec. XI = [C. 37] sigle VOS)

dicit autem hoc Persius uerecunde. quia sicut raro euenit ut coruus sit albus et cignus niger. sic ipse raro scribere se commode et utiliter dicit.

London, British Library Add. 15601 (saec. XI = [C. 40] sigle Io2)

Prouerbium est antiquum, i.e. qui nolit laudari de suis poematibus. rarus autem dicitur uel poeta bonus uel iudex uerus. rara auis est coruus albus uel cignus niger aut aequus iudex. aut poeta bonus, i.e. qui ita perfectus sit ut laudari nolit, sed humanam ut laudem possim appetere.

München, Bayerische Staatsbibliothek Clm 526 (saec. XV, non signalé par Munk Olsen, voir la notice de la BSB: sigle SCH)

Quando hoc rara avis est corvus albus vel cignus niger vel iudex equus aut bonus poeta, qui nolit laudem habere, vel rari sunt illi, qui perfectam laudem inquirant. rara avis est translacio est a fenice (…).

J’ajoute enfin un des plus anciens témoins des sat., le Vatican, Pal. lat. 1710 (saec. IX2/3, peut-être de la région de Tours? = [B. 87] sigle X), qui, au fol. 2v, transmet aussi la glose en question (les notes tironiennes sont résolues en italique, les abréviations sont placées entre parenthèses) :

P(ro)u(er)biu(m) antiquum
      siquidem ħ
quando haec rara auis est …

(in marg.) ħ Haec est rara auis, i(d est) n(on) est poeta q(u)i non uelit laudari ex suis carminibus. Rara(m) autem auem dicit (ue)l bonum poetam (ue)l uerum iudice(m) quasi dicit coruus alb(us) uel cignus niger et rari s(unt) qui ita perfecti sint ut refugiant laude(m).

Vatican Pal. Lat. 1710, f. 2v.

Je me suis fondé sur les éditions mentionnées, mais n’ayant pas collationné moi-même (exception faite de la glose sur X) la tradition manuscrite de Perse, il est probable qu’il faille  ajouter au dossier d’autres témoins de cette glose dans l’avenir.

Parmi les manuscrits cités, seul O se rapporte à la tradition A, W porte une version mixte, comme cela a été dit, tandis que tous les autres appartiennent à la tradition B.  En outre, les manuscrits W K Ko, en relation aussi avec N, forment le ‘groupe de Cologne’(Schlegelmilch et Mayer 2004, 149-155). Le tableau récapitulatif suivant montre donc que ni le groupement géographique, ni la tradition du commentaire ne semblent avoir une incidence déterminante sur la présence ou non de la glose attribuée à Remi ou Israel.

Sigle saec. gloses
N O W X, X ex., XI in. si quando sit cignus niger et albus coruus secundum Remigium
Ko XI si quando sit cignus niger et albus coruus secundum Israhelem
K Q VOS X, XI quia sicut raro euenit ut coruus sit albus et cignus niger
Io2 SCH XI, XV rara auis est coruus albus uel cignus niger

3. En réalité, une glose de Remi d’Auxerre (?)

En matière de gloses et de commentaires, comme chacun sait, les questions d’autorité ne se pose pas dans les mêmes termes que pour des œuvres littéraires conventionnelles. Les deux genres, gloses et commentaire lemmatiques, sont fortement tributaires l’un de l’autre, de sorte qu’ils présentent une circularité bien souvent insoluble. Ainsi donc, comparons notre glose avec le passage correspondant dans le commentaire lemmatique attribué à Remi dans le manuscrit Vatican, BAV, Reg. Lat. 1560 (saec. X, Auxerre ou Fleury? = [Bc. 19]). Le commentaire a été transcrit par Zetzel (2005, Appendix 2, p. 180-192), avec la glose qui nous occupe ici (p. 188, 29-33, au fol. 145v du ms.):

Remig. : Quando haec auis rara est, idest raro inuenitur, scilicet niger cignus et albus coruus; Prouerbium est antiquum. Raram autem auem dicit uel perfectum poetam uel uerum iudicem et sine assensione aurium. et est translatio a fenice. et hoc uerecunde Persius: raro se commode dicit scribere. Nam et fenix raro uidetur, quae circa Indiae partes moratur.

 

La glose cignus / corvus est bien présente, incluse dans le cadre du commentaire du ps.-Cornutus. Cependant au-dessus des mots scilicet niger cignus, le copiste a ajouté la note “secundum Remigium”.

Vatican, BAV, Reg. Lat. 1560, f. 145v

 Zetzel commente ainsi cette addition (2005: 180) :

«The heading of the Vita which precedes the fragment describes it as secundum Remigium, and an interlinear note on the phrase ‘rara auis’ in the commentary on 1.46 also reads secundum remigium, suggesting that the text is not directly that of a written commentary by Remigius, but is either closely dependent on it or is based on dictation or lectures rather than simply on a written text. »

Nous devons donc suspecter que ce commentaire de Remi soit en réalité l’oeuvre d’un de ses élèves, puisque on a senti le besoin de spécifier, tant dans le titre qu’à propos de cette explication, que l’insertion de la glose inspirée des vers de Juvénal revenait à Remi (voir Zetzel 2005: 142-143, qui rappele l’opinion de P. Wessner ‘Zu den Persius-Scholien’, Wochenscrift für klassische Philologie 34 (1917), p. 500).

De leur côté, Schlegelmilch et Mayer (2004: 156) interprètent l’ajout du nom de Remi comme une possible prise de distance face à une explication qui aurait été jugée douteuse ou inappropriée, ou bien que l’on (les auteurs disent ’der Redactor’) souhaitait mettre l’emphase sur la participation de Remi spécifiquement sur cette question des expressions proverbiales. Cette seconde hypothèse s’accorde d’ailleurs bien avec le contexte, puisque le reste de la glose est une reprise du commentaire du ps.-Cornutus (je souligne les éléments repris par Remi, plus ou moins réécrits) :

sat. 1, 45, 4-6 quando haec rara auis est translatio a fenice, quae dicitur sexcentesimo anno colorem habere uenetum, quae omnes uirgulas odoriferas colligit et sibi ipsas parat, mox autem ut sol occiderit se flammis imponit, et cum sol oriri coeperit de cineribus suis cum sole nascitur. (5) et hoc prouerbialiter dicit, raram auem eam quam post longum tempus uidemus. (6) et hoc uerecunde Persius: raro se commode dicit scribere, ceu fenix, quae circa partes Indiae est et tarde se ad uidendum hominibus profert.(Commentum Cornuti in Persium, ed. W.V. Clausen – J.E.G. Zetzel, Berlin–Boston, 2004, p. 20)

Remi —ou un de ses élèves à sa suite — a supprimé les informations encyclopédiques relatives au phénix, resserant son commentaire sur la notion de rareté, non sans humour en considérant que comme le bon poète, le véritable juge est un oiseau rare!

Ceci dit, nous touchons au propos central de la présente note: le fait que l’attribution à Remi se soit maintenue uniquement dans un milieu bien délimité (caractérisé par les manuscrits NOWKo), qui tous entretiennent un rapport plus ou moins étroit avec Cologne et qui plus est, dans ce même milieu, on a jugé bon de substituer le nom d’Israel à celui de Remi (Ko) : exactement selon les mêmes modalités que pour le commentaire à Donat attribué par ailleurs aussi à Remi, ou pour le commentaire à l’Isagoge, peut-être élaboré à l’origine par Heiric d’Auxerre.

4. Israel le glossographe, continuateur de l’école d’Auxerre

Le « dossier d’Israel » s’étoffe donc d’un nouvel élément probant qui vient encore confirmer la place prépondérante de cet intellectuel dans le milieu ottonien et de son rôle de passeur de l’érudition carolingienne à travers les travaux de Remi, qui en constitue le point d’orgue.

Sur le lien entre Cologne et Israel, Schlegelmilch et Mayer (2004: 157) démontrent que  Saint-Pantaléon (abbaye refondée par Bruno vers 950 sur le vestige d’une plus ancienne fondation) constitue un lieu particulièrement favorable au maintien du souvenir d’Israel, puisque, outre le fondateur dont il fut le précepteur, le premier abbé fut Christian, ancien abbé de St-Maximin de Trèves, lieu de retraite d’Israel. De plus, Schlegelmilch et Mayer (2004: 158-159) posent la question de savoir qui à Cologne a pu transmettre la mémoire littéraire des défunts de Trèves. Et la suggestion qu’ils font pour y répondre est tout à fait séduisante. À la toute fin du Xe siècle, Saint-Pantaléon a été fréquenté par une personnalité de premier plan: Froumund de Tegernsee, bien connu grâce à ses nombreux autographes et par sa correspondance.

Je résume à grands traits les points forts de cette hypothèse et renvoie à l’article cité pour plus de détails.

  1. Durant son séjour à St-Pantaléon, Froumund fut nécessairement en contact avec l’héritage d’Israel ; la preuve indirecte serait la diffusion bavaroise du commentaire de Remi sur Donat attribuant quelques gloses à Israel dans le manuscrit Munich, BSB, Clm 5177 (saec. X). Sur ce point j’ajouterais pour ma part que cette médiation de Froumond est renforcé positivement par le corpus de glose sur Priscien copié de sa main dans le manuscrit Wien 114, corpus accompagné de Graeca émanant directement de l’enseignement de Jean Scot, ainsi que j’ai pu le démontrer (voir Cinato 2011; 2015 : 157‑74, 250‑51, 363‑64, 611‑15). Il y a donc convergence de faits soutenant la présence à Cologne de l’héritage auxerrois transmis par Israel.
  2. Froumond a rédigé un poème qui loue la science d’Israel, cependant la datation de l’unicum transmettant le poème et la correspondance de Froumond (Munich, BSB Clm 19412) ne peut être précisée plus; nous ne pouvons donc pas savoir si le poème date d’avant ou d’après le voyage de Froumond à Cologne.
  3. Finalement, une particularité de Ko (une unique glose en vieux haut allemand sur sat. 1, 58 Ciconia\ storoh) pourrait constituer une référence aux travaux de Froumond, qui n’hésitait pas à employer couramment des termes germaniques pour expliquer des vocables latins peu communs. Le seul parallèle se trouve dans Vatican, BAV, Reg. lat. 1562 (saec. X, Allemagne ou Suisse (St-Gall) = [B. 94]), qui, quoique peu glosé, présente de fortes influences de la tradition B et de la version remigienne.

Pour conclure, Froumond est peut-être un intermédiaire entre les gloses sur Perse et l’apparition du nom d’Israel dans cette tradition de glose. Mais en l’absence de preuves formelles, cela reste une belle hypothèse à explorer. D’autre part, la présence de commentaires carolingiens à Cologne serait vraisemblablement dû à l’activité d’Israel; plus précisément dans le cas de Perse, Israel serait le responsable de la grande diffusion de la tradition B, tandis que la tradition A aurait circulé surtout à partir de la fin du Xe siècle (cf. Schlegelmilch et Mayer 2004: 161), toutefois les gloses de O (appartenant à la tradition A, mais présentant la glose cignus/corvus avec l’attribution à Remi) sont plus délicates à insérer dans ce cadre, puisque elle auraient été produites vraisemblablement à Canterbury. Si elles arrivent dans les îles britaniques au moment du séjour d’Israel, elles ont nécessairement dû être fortement révisées au moyen d’une autre source. En revanche, le lien étroit qui existe entre les gloses de Ko et celles du témoin Bern 257 (saec. X; originaire peut-être d’Auxerre?) montre, en dépit de quelques problèmes textuels qu’il y a une filiation forte entre l’enseignement carolingien pratiqué à Auxerre et celui des maîtres de la période ottoniens, en commençant par Israel.

Notes

  1. Le catalogue compte précisément 102 manuscrits pour 103 entrées, car on ne trouve pas de n° 75, ni de n° 77, en revanche il y a un n°31.5.
  2. Les gloses citées ont été éditées pour Ko, N, O et W par Martin Hellmann, Stefan Ullrich et Claudia Wiener : A. Persi Flacci, Saturae. Editing glosses (LMUexcellent) 2010 (http://www.persius.mueze.lmu.de/), respectivement sous les sigles KOP, EBN, BOD et WIE. Pour les autres par Zetzel 2005.

Bibliographie

Cinato, Franck. 2011. « Marginalia témoins du travail de Jean Scot sur Priscien ». In Arts du langage et théologie aux confins des XIe-XIIe siècles. Textes, Maîtres, Débats, édité par I. Rosier-Catach (éd.), Studia Artistarum:539‑63. 26. Brepols. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01842386.

———. 2015. Priscien glosé. Vol. 41. Studia Artistarum. Brepols. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01693609.

———. 2020. « Israel the Grammarian: Bishop, Monk, and Rotbert of Trier “Shining Light” ». In Knowledge and Culture in Times of Threat: The Fall of the Carolingian Empire (ca. 900), édité par W. Pezé, 249‑78. Monographien zur Geschichte des Mittelalters. Stuttgart: Hiersemann Verlag.

Munk Olsen, B. 1982. L’étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles. Catalogues des manuscrits classiques latins copiés du IXe au XIIe siècle. Livius – Vitruvius. Florilèges – Essais de plumes. Vol. 2. Paris: CNRS édition.

———. 1989. L’étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles. Addenda et Corrigenda – Tables. Vol. 3/2. Paris: CNRS édition.

———. 2009. L’étude des auteurs classiques latins aux XIe et XIIe siècles. La réception de la littérature classique. Travaux philologique. Vol. 4/1. Paris: CNRS édition.

Robathan, D.R., et F.E. Cranz. 1976. « A. Persius Flaccus ». In Catalogus Translationum et Commentariorum, 3: 201‑312. Washington D.C. http://catalogustranslationum.org/index.php/archives/volume-iii.

Schlegelmilch, Ulrich, et Sebastian Mayer. 2004. « Persiuskommentierung im ottonischen Köln – Zu den Nürnberger Persiushandschriften aus der Bibliothek Ebner ». Würzburger Jahrbücher Für Die Altertumswissenschaft Neue Folge 28a: 141‑73.

Zetzel, James E. G. 2005. Marginal Scholarship and Textual Deviance: The Commentum Cornuti and the Early Scholia on Persius. Bulletin of the Institute of Classical Studies Supplement 84. London: Institute of Classical Studies, School of Advanced Study, University of London.

Supplément bibliographique

Charles-Edwards, T. M., Wales and the Britons 350–1064, Oxford, 2013.

Gretsch, Mechtild, The Intellectual Foundations of the English Benedictine Reform, Cambridge, 1999.

Hellmann, Martin, « Glossenkommentare edieren. Möglichkeiten zur Überwindung von Zetzels Dilemma », in: Mittelalterliche Handschriften der Kölner Dombibliothek. Drittes Symposion der Diözesan- und Dombibliothek Köln zu den Dom-Manuskripten (28. bis 29. November 2008), Köln, 2010, 187-198.

Mariani, F. « Persio nella scuola di Auxerre e l’Adnotatio secundum Remigium », Giornale italiano di filologia 18 (1965), 145-61.

Parlett, David, The Oxford History of Board Games, Oxford, 1999

Scholz, Udo W. et Wiener, Claudia: Persius-Scholien. Die lateinische Persius-Kommentierung der Traditionen A, D und E, Wiesbaden, 2009.

Wasserstein, David J., « The First Jew in England: The Game of the Evangel and a Hiberno-Latin Contribution to Anglo-Jewish History », dans Michael Richter et Jean-Michel Picard (éd.), Ogma: Essays in Celtic Studies in Honour of Prionseas Ni Chathain, Dublin –Portland, 2002, p. 283–288.

Woodman, D. A., “Æthelstan A and the rhetoric of rule”, Anglo-Saxon England 42 ‎( 2013), 217-248.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.