Problématiques liées à l’élaboration d’un Thesaurus glossarum

  1. Les anciennes éditions (caractéristiques)
  2. Le monde mouvant des glossaires latins
  3. Réflexions sur l’architecture d’une base de données

* Ce texte est issu d’une intervention réalisée le 22 février 2019 dans le cadre des p’tits dej’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT, organisés par Emmanuelle Kuhry et Jérémy Delmulle; une séance animée par Martin Morard, je les remercie tous vivement. (Voir le carnet de recherche Gloses philosophiques à l’ère digitale).

Les problématiques écdotiques liés aux glossaires du haut Moyen Âge sont très différentes de celles soulevées par une œuvre littéraire conventionnelle, c’est-à-dire transmise avec un titre, un nom d’auteur et dans des conditions normales de respect du texte ne varietur, car il est illusoire de penser que la forme primitive d’un glossaire ancien puisse être restituer.

Nous constatons que chaque copie, au sein d’une même famille de glossaires, présente un nombre de particularités plus ou moins élevé, certaines volontaires, d’autres accidentelles. Ce constat de variabilité induit que les glossaires en question ont déjà une longue vie au moment où la plupart de nos premiers témoins manuscrits complets apparaissent durant le VIIIe siècle.

En outre, une proportion de matériaux — plus ou moins importante selon le glossaire étudié — est partagée par un grand nombre de glossaires : cela tient à une grande interpénétration des traditions/familles anciennes. Enfin, la manière même dont est transmis les glossaires est particulière et répond à des codes/besoins qui ne sont pas ceux d’un texte littéraire.

Il ressort de ces observations que le domaine des glossaires s’apparente à un monde mouvant. Et contre toute attente les outils à notre disposition ne sont pas toujours à la hauteur des problématiques que nous résumons ainsi :

  • Variabilité importante des textes dans une même famille ;
  • Interpénétration des traditions.
  • 1. Les anciennes éditions

Ceci dit, pour démêler l’histoire des glossaires, nous avons à notre disposition deux corpus édités ainsi qu’une multitude d’éditions réalisées ensuite.

CGL de Goetz = Corpus Glossariorum Latinorum a Gustavo Loewe inchoatum, auspiciis Academiae Litterarum Saxonicae composuit recensuit edidit Georgius Goetz, 7 vol., Leipzig 1888-1923. [Éditions de glossaires, vol. 2-5 + introduction générale (vol. 1) et index (vol. 6-7).]

Gloss. Lat. de Lindsay = Glossaria latina iussu Academiae Britannicae edita, W.M. Lindsay, J.F. Mountford et al., 5 vol., Paris, 1926-1931. [Recoupent partiellement les glossaires édités au CGL et ajoutent un seul glossaire inédit (Arma) ainsi qu’un lexicographe Festus/Paul Diacre.]

De manière assez schématique, nos deux corpus, les volumes du CGL et ceux de Gloss. Lat. se situent aux antipodes l’un de l’autre du point de vue ecdodiques :

Les éditions de Lindsay et son équipe se fondent sur une approche dite « lachmanienne » (à tort), tandis que celles de l’école allemande autour de Goetz privilégient une approche « bédieriste » ; en somme (pour simplifier) : 

  •  Les Glossaria Latina cherchaient à restituer un texte « original » ;
  •  alors que le Corpus glossariorum latinorum voulaient témoigner d’un état particulier tout en rapportant le témoignage de traditions dans un sens élargi (puisqu’il a sollicité des traditions indirectes).

Lindsay pourrait être ainsi qualifié d’interventionniste, puisqu’il est allé jusqu’à reconstruire un hypothétique glossaire, Abolita, qui constitue l’exemple à ne pas suivre !

Goetz bien plus respectueux a présenté les glossaires en prenant un témoin de base qu’il “contrôle” à l’aide de témoins choisis. Voulant couvrir un large pan de la tradition, et en raison de contingences matérielles, il a dû se limiter, dans le cas de nombreux “grands glossaires”, à ne fournir que des extraits ou des spécimens. Cependant, la valeur ajoutée du CGL face aux Gloss. lat. consiste en son index complet qui propose des corrections ou conjectures. Chez Lindsay, outre l’absence d’index, conjectures et éditions sont mêlées au point que parfois le lecteur ne sait plus d’où proviennent les leçons éditées.

De mon point de vue, aucune des deux approches n’est adaptée pour rendre compte de la complexité de l’histoire des glossaires, en partie à cause de leurs orientations, mais surtout en ce que le médium de l’imprimé impose un carcan dont les contraintes ne s’accordent pas avec la matière ‘glose’. En effet, la nature particulière de la transmission des glossaires induit une participation active des acteurs de la transmission (copistes et/ou des maîtres) au sens où ils « s’autorisent » à modifier plus ou moins profondément le contenu des matériaux transmis. Il s’agit là d’un facteur de variabilité à prendre en compte.

Ce rapide coup d’œil sur les éditions à notre disposition montre les limites des procédés éditoriaux conventionnels : le champ d’étude des glossaires est resté pour ainsi dire en friche en raison de la quasi incompatibilité entre la nature des matériaux à éditer et le medium mis en œuvre. Or, avec l’avènement des Humanités Numériques, un faisceau de nouvelles technologies rendent possible le traitement de ces matériaux complexes.

  • 2.Le monde mouvant des glossaires latins

La cartographie proposée ici (fig. 1), provisoire et très imprécise, se fonde sur les travaux de Goetz et Loewe (CGL) et dans une moindre mesure sur ceux de Lindsay (Gloss. Lat.). Elle illustre en quoi consiste la complexité évoquée en introduction.

Figure 1. Cartographie des glossaires latins du haut Moyen Âge.

Dans les cadres en marron figurent les glossaires attestés (une trentaine signalé ici); dans les cadres de couleur saumon sont indiquées les sources communes non-attestées ou supposées et dans ceux en bleu nuit, les sources ultimes (pour lesquelles il faut encore supposer différents niveaux d’intermédiaires).

Pour dresser cette carte, j’ai réparti les témoins manuscrits selon leurs relations réciproques, soit directes soit à travers la notion de famille, soit en raison de leurs sources communes, avérées ou putatives. Il s’agit là d’une vague ébauche, mais qui donne déjà une idée du haut degré d’interpénétration dû à un « fond commun ».

J’ai appliqué un agencement qui répond à des critères d’ancienneté et de localisation. Il ressort quatre groupes principaux : (1) Le « noyau ancien » (groupe espagnol) ; les groupes (2) français, (3) anglo-saxon et (4) italien. Pourtant, tous partagent des matériaux communs.

Figure 2. Répartition géographique des glossaires

Zoomons un peu sur le noyau ancien (fig. 2): le glossaire Abstrusa fait partie des grands anciens exploités par de très nombreux glossaires, dont le Liber glossarum. Il est possible d’estimer qu’Abstrusa dans sa forme « amplifiée » (plutôt que contaminée ?) circule déjà dans le courant du VIe siècle.

Figure 3. Relations entre glossaires (Abstr. / Lib. gl. / Arma)

Or, il est admis depuis les travaux de Anna-Carlotta Dionisotti (1996) que des matériaux ayant servi à augmenter la version « pure » d’Abstrusa, ont par ailleurs poursuivi leur circulation indépendamment, en l’occurrence sous la forme de petits glossaires du groupe Arma, Ab oris, Aptet etc.

Ainsi dans le cas du Liber glossarum, qui a refondu la plupart des glossaires disponibles en Espagne à son époque, nous observons (voir fig. 3), non pas une relation univoque d’Abstrusa amplifié vers le Lib. gl., mais plutôt une relation triangulaire, entre une forme d’Abstrusa et d’autres glossaires, aussi potentiellement utilisés pour amplifier Abstrusa.

Cette relation doit nous inciter à la prudence et, quoiqu’il en soit, nous oblige à remettre en question les théories de Lindsay sur l’hégémonie supposée d’Abstrusa.

Voici un exemple qui permettra d’illustrer la complexité des relations de manière concrète. Comparons un extrait de la lettre B dans plusieurs glossaires, d’abord dans Arma (alphabétisé sur la première lettre) et Aptet (alphabétisé sur 2 lettres).

Arma (éd. Gloss. Lat. 2)
37        Balantes bidentes oves. (Abol.)
38        Beluae beatiae maris. (Abol.)
39        Baratrum terrae [c]hiatus.      (Abol.)
40        Bachanalia (bacch-) bac<c>hationes vel fur<or>es. (Abol.)

Aptet (ms. Bern, A 92)
BA 1   Bachum uinum (Bacch-)
BA 2   Baratrum terrae chiatus
BA 3   Bachi Antiqui
BA 4   Bacennalia bachationes uel furores
(…)
BE 5 Beluae bestiae maris
(…)
BI 5 Bidentes oues balantes

Ici les mentions (Abol.) sont de Lindsay: la comparaison avec la section dans Abstr. montre combien elles sont abusives dans tous les cas!

Abstrusa  4, 24.20 sqq.
            Abstr. pur         Abstr. section Abol.
24.7     Bachus uinum uetus
24.8     Baratrum uorago fundum carens infernus
…                   
post 24.9 Bacanalia furor (in cod. c
…  
24.20               [Balantes oues uibentes

24.24               Baccanilia baccado uel furor

24.36               Baratrum terre yatus]
… 
25.4     Belba bestia aut fera     

25.18             Belbe bestie maris
25.19               Beatanalia baccationes uel furores

Le contenu des sections ajoutées à Abstrusa, comparé aux entrées d’Arma, montre tout simplement que les matériaux qui les composent résultent de la combinaison de plusieurs sources: si cette combinaison avait existé telle qu’elle se trouve dans Abstr. (c’est-à-dire l’Abolita de Lindsay), alors en aucun cas Arma ne pourrait provenir d’Abol.

Il paraîtrait aussi raisonnable de penser qu’Aptet propose des matériaux issus d’Arma, selon une alphabétisation plus élevée, or l’analyse de l’intégralité des entrées d’Arma et d’Aptet (lettre B) montre que l’un présente des entrées absentes et réciproquement. Leur relation est donc liée à un intermédiaire commun, chacun d’eux ayant récolté des entrées d’une tierce provenance.

Ainsi, des différents niveaux d’alphabétisation et de la présence ou non de certaines entrées nous devons conclure qu’Arma et Aptet conservent des matériaux dans un agencement qui les place en amont d’Abstrusa, non l’inverse selon les vues de Lindsay.

On notera aussi que tous trois ont des relations avec de nombreux anciens glossaires, dont Ab oris:

B        Ab oris (= P, Paris, NAL 763)               Arma       Aptet      Abba      Abstr.      Lib.gl.
4        Baccatum : margaritatum                   —            —          (—)        —            BA25 (Virgili)
5        Barratrum (bara- p.c.) : hiatum terrae B39 BA2 BA30 “Abol” BA123
(Baratrum : quod ad nigrum impellit: cod. B
          (…)
11      Bidentes : oues                                 (B 37, bal-)  BI5   (BA32 bal-) (Abstr.)    BI 54 (BA78 bal-)
          (…)
20      Baccum: uinum [uetus (add. man. rec.)] —          BA1       (B1)         Abstr.       BA 48, 5 0, 52
          (…)
(68)    (Bacanalia: uocatione furis item et furo)    B40      BA4       BA12    bis “Abol.”   BA17
cod. B tantum]

Dans le tableau ci-dessus, les deux entrées encadrées montrent que le Lib gl. a sans aucun doute eu accès à des gloses virgiliennes (du moins, si l’on en croit l’attribution donnée à cette entrée) connues aussi par une version d’Ab oris, glossaire quant à lui inconnu d’Abstrusa. En outre, l’ancienneté d’Ab oris est confirmée par son alphabétisation sur une lettre et la présence massive de gloses issues du fond commun. Ainsi, encore une fois la théorie de Lindsay concernant Abolita est mise à mal, car la coïncidence des matériaux transmis par le Lib. gl. et les sections “Abol.” qui enrichissent Abstrusa a vraisemblablement des origines variées dans ces deux glossaires.

Il semble donc plus prudent, dans un premier temps de postuler des accès indépendants aux mêmes petits glossaires. De plus, lors de la constitution du Lib. gl., il s’est déroulé des opérations de « dédoublonnage » qui empêche dans certains cas de postuler une origine univoque, par exemple dans les entrées suivantes, si les explications concordent, les leçons sont de meilleure qualité dans le Lib. gl. :

Abstr. (sect. Abol.) 24.26-29  Lib. gl.
Barrit, eleuans cum uoce datBA 169 Barrit, elephans cum uocem emittit.
Bacci latex, uinum= BA 33 (de glosis)
Baudant, latrantBA 214 De glosis : Baubant, latrant.
Barritus, clamor elefantusBA 168 Barritus, uox elephanti.

En d’autres termes, il est difficile de soutenir l’existence d’un glossaire “Abolita” (tel qu’il a été édité par Lindsay) en l’absence de témoin manuscrit et, parce que les matériaux transmis semblent émaner de plusieurs petits glossaires, non d’un seul, il semble bien hasardeux de leur assigner une origine, sans possibilité de savoir quelles opérations ont été appliquées aux matériaux.

La dernière partie de cet exposé propose une rapide présentation des pistes de réflexions dans l’objectif de développer un outil dédié aux chercheurs s’intéressant aux gloses.

  • 3. Réflexions sur l’architecture d’une base de données

Après cet aperçu de la complexité des relations entre les familles de glossaires, il n’est plus nécessaire de prouver que les méthodes éditoriales conventionnelles sont inadéquates pour traiter cette nébuleuse. Tout au plus, l’index du CGL permet de produire la cartographie approximative figure 1. Mais, il montre vite ses limites, une fois que les “courants” principaux sont mis en évidence ; dans le détails les données qu’il fournit sont partielles en raison d’éditions fragmentaires (extraits ou spécimens) et d’un grand nombre d’inédits (notamment les petits glossaires peu alphabétisés).

Donc, pour traiter une telle masse de matériaux en vue d’écrire l’histoire des glossaires latins du haut Moyen Âge, seule l’application des technologies liées à l’encodage XML, couplées à celle des bases de données relationnelles permettra d’apporter des éléments de réponses objectifs, quantifiables et exploitables pour d’autres recherches.

Le défi réside dans la conception d’un outil spécifiquement dédié au traitement automatique de telles données. C’est là l’objectif de mon projet de Thesaurus de gloses.

La conception du The.GLOSS repose sur ma fréquentation des matériaux glossographiques, c’est-à-dire dans la prise en compte de ce qu’ils ont de particulier, afin qu’il soit constitué suivant une architecture (comprendre, structure) qui permettra le traitement et la visualisation de ces données textuelles particulières selon différentes modalités (par exemple, en corrélation avec des matériaux similaires ou en contexte).

Son fondement repose sur la distinction théorique de deux niveaux.

Types – Tokens

Sans entrer dans les détails techniques en termes d’encodage, mon approche consiste à distinguer deux niveaux d’analyse complémentaires : un niveau philologique qui s’occupe des relations entre copies de glossaires au sein de familles homogènes et un niveau ‘théorique’ qui vise l’élucidation des relations entre les familles.

Considérant que chaque glose (c’est-à-dire l’expression d’un couple lexical comportant un lemme et son explication) constitue un élément autonome au sein d’un ensemble donné, cet objet textuel prend sur le plan conceptuel la valeur d’un type. Les tokens ou occurrences sont les attestations de ces types, c’est-à-dire qu’ils sont le produit d’une filiation manuscrite localisée dans l’espace et le temps. Donc, en distinguant l’objet (= le type = la glose en tant qu’élément autonome) de ses occurrences manuscrites, l’analyse des relations s’affranchie du cadre philologique strico sensu, au sens où ce dernier se voit attribuer un secteur bien circonscrit à la description de relations entre occurrences au sein d’une filiation avérée. Puisqu’un même type a circulé dans plusieurs familles de glossaires et, comme nous l’avons vu, l’imbrication du fond commun empêche de présupposer une origine aux occurrences (tokens), nous pouvons procéder à une filiation des gloses (presque) uniquement au sein de leurs traditions directes. Par exemple, les occurrences Bar(r)atrum hiatum terrae ; terre yatus; terre hiatus ; terrae iatus; terrae chiatus etc. ne peuvent, sur le plan philologique, être considérées comme identiques, au sens où chacune des formes peut s’expliquer par l’histoire d’un contexte particulier (glossaire ou autre type de gloses). En revanche, du point de vue théorique, la glose ‘Barathrum terrae hiatus’ (orthographe normalisée) constitue un type qui peut sans peine être considéré comme unique et commun à tous les glossaires qui transmettent ses occurrences.

La structure du The.GLOSS reflètera cette distinction Types / Tokens de façon à présenter deux versants : 1) un index analytique des types (le texte corrigé, voire restitué, si nécessaire tel qu’il figure dans l’index des volumes 6 et 7 du CGL où chaque entrée de l’index constitue un type attesté par un certain nombre de tokens) et parallèlement, 2) les éditions numériques des glossaires qui présentera les tokens dans leur contexte manuscrit particulier.

Sous cette forme la structure est ouverte à toutes les formes d’enrichissement, car elle permet autant de créer de nouveaux types que de rattacher de nouveaux tokens à des types déjà représentés.

• Glossaires vivants et visualisation des données

Les glossaires et plus largement les collections de gloses sur un texte peuvent s’assimiler à des êtres vivants puisqu’ils sont reproduits et évoluent ; chacun ayant des caractères propres qu’il lègue à ses descendants. Plus qu’une simple métaphore, il y a un véritable rapport analogique.

Donc, par analogie avec le vivant, nous pouvons considérer chaque glose-type à l’égal d’un gène. Ainsi un assemblage particulier de types identifiera le représentant d’une famille ; cette méthodologie plus souple permettra une quantification précise des éléments permettant d’affirmer dans quelle proportion un glossaire donné partage des types communs avec les autres.

Pour y parvenir, j’envisage l’importation de la méthode cladistique (phylogénétique) en usage dans les sciences du vivant. Appliqué aux glossaires, il sera possible de produire des arbres phylogénétiques (cladogrammes) mettant en évidence les relations entre les familles. En somme, il s’agit de retourner le stemma codicum conventionnel et l’appliquer à des Types et non aux tokens.

Ainsi, l’analyse stemmatique, qui ne peut pas s’appliquer aux relations entre familles, se positionne à un niveau plus bas (ou plus fin), c’est-à-dire non plus des familles, mais des individus. Elle est justifiée donc dans le cadre des tokens, au sens où elle fera ressortir la généalogie des témoins manuscrits au sein d’une famille particulière.

Figure 4. Les deux versants du The.GLOSS

L’analyse conjointe de la circulation des types (relations génétiques) et l’évolution des tokens (dans des traditions manuscrites diverses), offrira une approche complémentaire propre à clarifier l’imbroglio des relations entre tous ces matériaux.

Le projet sur le long terme est l’enrichissement du Thesaurus par de nouvelles éditions de glossaires et d’autres corpus de gloses (sur des textes), qui permettra de mettre à jour des relations qui nous échappent encore en raison de la dispersion des matériaux.

En tant qu’outil de recherche, il fournira un ensemble de données connexes permettant de mieux cerner la présence et la circulation de gloses

Référence: Anna C. Dionisotti, « On the Nature and Transmission of the Latin Glossaries », dans J. Hamesse [éd.], Les manuscrits des lexiques et glossaires, de lAntiquité tardive à la fin du Moyen Âge: actes du colloque international organisé par le “Ettore Majorana Centre for Scientific Culture” (Erice, 23-30 septembre 1994), Turnhout / Louvain-la-Neuve, 1996, 205-252. [retour]


1 réflexion sur « Problématiques liées à l’élaboration d’un Thesaurus glossarum »

  1. Ping : Édition des textes difficiles : gloses, florilèges (séminaire « Les p’tits déj’ ‘Humanités numériques’ de l’IRHT », 22/02/19) – Gloses philosophiques à l’ère digitale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.