Caere, entre quiproquo et étymologie

Glossa mensis, la glose du mois

Pour initier cette rubrique, j’ai trouvé, sous la plume d’un glossateur travaillant à Corbie au début du Xe s., un beau développement étiologique forgé à partir d’une étymologie (probablement fausse, car le mot est vraisemblablement d’origine Etrusque, Caisra ou Cisra).
Selon les grammairiens le nom latin de l’actuelle Cerveteri, Caere, remonterait au mot grec signifiant ‘salut’ ;  ce nom serait issu d’un quiproquo entre Grecs et Romains.

Le glossateur responsable de l’explication qui va suivre est le troisième a intervenir sur cette copie de l’Ars grammatica de Priscien, mais le principal en termes de quantité. Il nous offre une reformulation fondée sur Servius, lui-même héritier d’une tradition remontant au final à Varron1.

Priscien a dit: Caere ἀπὸ τοῦ χαῖρε2, «Caere provient (du grec) ‘χαῖρε’»

C m. 3 (= Paris, Bnf, lat. 7501), sur un petit bout de parchemin encarté entre les f. 4v et 5r:

Caeræ \<<\ Caere urbs est quae ideo dicta Caere quia quondam Romanorum quidam ibi abierunt et interrogauerunt eos nomen ciuitatis, qui putantes quod salutati sunt a Romanis responderunt ‘caere’ \in greco idest salue/. Putantes igitur Romani nomen esse ciuitatis Caere urbem nominauerunt.

« Caere est une ville qui est dite évidemment Caere parce qu’autrefois des Romains arrivèrent ici et leur demandèrent  le nom de la cité. Ceux-ci croyant qu’ils étaient salués par les Romains leur répondirent « χαῖρε » (caere c’est à dire ‘salut’ en grec). C’est pourquoi, les Romains qui pensaient que c’était le nom de la cité, appelèrent  la ville Caera ».

L’explication est inspirée de Servius:

Servius, in Aen. 8, 597 PROPE CAERETIS AMNEM : Agylla civitas est Tusciae, a conditore Agella appellata (…) Nam cum Romani euntes per Tusciam interrogarent Agyllinos quae diceretur civitas, illi, utpote Graeci, quid audirent ignorantes et optimum ducentes si prius eos salutarent, dixerunt χαῖρε: quam salutationem Romani nomen civitatis esse putaverunt, et detracta aspiratione eam Caere nominaverunt (…)

« … Car, alors que les Romains traversant la Toscane demandèrent aux Agylliens le nom de leur ville, ceux-ci qui étaient Grecs ne comprirent pas ce qu’ils entendirent et faisant comme s’ils les avaient salués, dirent ‘Salut’; une salutation que les Romain pensèrent être le nom de la ville et, après suppression de l’aspiration (du c initial) la nommèrent Caere ».

La glose qui n’a pas de parallèle immédiat — car il ne s’agit pas d’une citation strico sensu de Servius — utilise un langue qui s’apparente plus à l’oralité, dont les répétitions renforcent l’impression de spontanéité, qu’à une explication littéraire. La traduction tente d’en rendre au plus près l’expression. La disparition de la mention des habitants d’Agyllla (remplacée par un simple pronom eos) rend quelque peu confuse l’explication.

La glose commune est Caere: salve qui trouvent de nombreux parallèles sur d’autres copies glosées de Priscien.

Voici quelques exemples relevés dans des collections de gloses collectées

  • Sur Einsideln, 32 (= S)

Caere: nomen oppidi unde Virgilius « qui Caere te domo», diriuatiuum protulit χαιρε, quod ‘salue’ significat.

  • Sur Vatican, Reg. lat. 1650 (= V), la glose vient du Liber glossarum

1.149 Cere: qui ‘aue’ dicens, per ‘ei’ sola scribendum.

= Lib. gl. CE 409  De ortographia: Chaere — quod aue dicimus per e sola scribendum. (Orth.)
[ex Paul. orth., cf. Hagen GL 8, p. 292.9, in app., Bern 16, f. 74v]

  1. Maltby 1991, p. 92-93, signale à propos de Caere, que l’étymologie remonte à Varron à travers les Scholia Verg. Veron. sur Aen. 10, 183 qui cite leur source : Varro putat Caere oppidum Etruriae a Palasgis, cum sitientes inventum flumen proximum … salutassent χαῖρε atque ea  causa id vocabulum oppido datum. []
  2. Prisc. 2, 20.20-21.1 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *