Compte-rendu de l’atelier ‘Gloses bibliques’

Atelier de recherches
Gloses bibliques et para-bibliques du haut Moyen Âge.
Gloses à l’encre et gloses à la pointe sèche

20-21 octobre 2014, Sorbonne, Paris
Université Paris Sorbonne / IUF

 

Organisation : Sumi Shimahara (Université Paris Sorbonne / IUF)

Comité scientifique : Franck Cinato (CNRS – UMR 7597), Andreas Nievergelt (Universität Zürich), Sumi Shimahara

Contacts : cinato.franck@orange.fr / anievergelt@hotmail.com / Sumi.Shimahara@paris-sorbonne.fr

 

Sommaire:
Compte-rendu
Discussions
Conclusions
Sélection bibliographique
Résumés

icono-logos

(Voir le dépliant)

Compte rendu

Franck Cinato, Andreas Nievergelt, Sumi Shimahara

Le point de départ de cet atelier était d’éclaircir le « mystère » des gloses à la pointe sèche et de les étudier d’un point de vue historique, alors qu’elles ont jusqu’à maintenant retenu surtout l’attention des linguistes : les gloses à la pointe sèche fournissant souvent l’attestation précoce de mots ou de phrases, elles intéressent l’histoire des langues vernaculaires anciennes qui émergent en Europe durant le haut Moyen Âge. L’atelier, en réunissant plusieurs spécialistes des gloses (intervenants), visait à élaborer une synthèse provisoire afin de déterminer la spécificité des gloses à la pointe sèche et de mesurer mieux ce que leur étude pourrait apporter aux historiens de la culture (discutants) : les gloses à la pointe sèche, difficilement visibles au premier coup d’œil, ont-elles un usage différent des gloses à l’encre ? Informent-elles sur une intimité de la lecture, sont-elles destinées à un lecteur, à un possesseur de manuscrit, plutôt qu’à une école, une communauté ? Renseignent-elles ainsi sur l’individualité de l’étude ? En ce cas, elles constitueraient une source exceptionnelle pour la connaissance de la culture européenne du haut Moyen Âge.

L’atelier a adopté une approche comparative : gloses à l’encre et à la pointe sèche, gloses vernaculaires et latines ont été mises en regard, à partir d’un corpus principal (Bible) et d’un corpus secondaire (ouvrages para-bibliques – homélies, évangéliaires, histoires ecclésiastiques –, textes grammaticaux, correspondance entre lettrés) afin de cerner au mieux la spécificité du medium qu’est l’écrit à la pointe sèche et de son usage dans le haut Moyen Âge. Le choix du corpus biblique s’explique par la richesse potentielle des gloses qu’il suscite : livre lu, médité, expliqué par tous les savants de l’Europe du haut Moyen Âge, livre essentiel dans la culture européenne, la Bible n’est pourtant, en théorie, transmise que par trois langues sacrées : l’hébreu, le grec et le latin. Son appropriation dans l’Europe chrétienne s’est effectuée d’abord en latin puis, au fil du développement des langues vernaculaires (vieux haut-allemand, vieux bas-allemand, vieil-anglais et vieil-irlandais), de diverses manières : gloses, commentaires, paraphrases parfois versifiées qui en ont fait des épopées. L’intérêt de ce corpus biblique est qu’il génère aussi, dans la société chrétienne du haut Moyen Âge, des interprétations de divers ordres : elles sont parfois littérales (lexicographiques, grammaticales, historiques, entre autres) et spirituelles (ce qui renvoie aussi à divers sens). Le Livre génère donc de multiples modalités d’appropriation et par là-même d’usages, de notes, de gloses, en des langues variées.

Quelques définitions

  • Marginalia : toute inscription hors du texte principal (voir Tura, 2005).
  • Apparat glossographique / glose : toute annotation qui vient ajouter de l’information au texte, qui est donc dépendante du texte principal (péri-texte). En sont exclus les mentions du type « qu’il fait froid », « Jésus prie pour moi », les signatures des cahiers, etc… qui relèvent néanmoins des marginalia.
  • Cet apparat glossographique peut avoir plusieurs fonctions : ecdotique, pédagogique, spéculative. Les gloses d’indexation (nota, sigles d’autorités, titres et intertitres) relèvent en général de la fonction pédagogique, au sens où elles offrent un balisage du texte permettant le repérage.
  • Différencions l’édition commentée sous forme de gloses (comme la Glosa ordinaria) et le texte glosé. La distinction s’opère de deux manières :
    • a) le degré de planification : a-t-on prévu la copie des gloses en même temps que celle du texte ? En ce cas, un espace dans la pagination leur est réservé (espace accru entre les rectrices de la réglure, colonnes marginales, etc.).
    • b) l’homogénéité des gloses : l’apparat glossographique a-t-il été composé par accrétion (plusieurs glossateurs responsable d’un certain nombre de gloses) ou noté d’une seule main ? L’un est une composition dont la stratigraphie est conservée, l’autre une sélection révisée « remise à plat » dont l’étagement n’est plus visible.
  • Support : parchemin pour l’essentiel… ou cire des tablettes ! D’autres civilisations ont des gloses à la pointe sèche sur papier (par exemple le Japon du IXe siècle).
  • Medium : encre, pointe sèche, mine de plomb.

Contributions des intervenants

Gloses, notes et leurs usages généraux

L’atelier a débuté par trois présentations visant à définir gloses et notes et à cerner l’usage des différents media (encre, pointe sèche). Franck Cinato (lire le texte intégral) a donné un bilan de sa réflexion sur les gloses latines à l’encre et de leur variété : incorporées au texte ou au contraire externalisées, voire constituées en péritexte qui parfois s’autonomise en un glossaire dont la transmission devient indépendante du texte premier, elles visent généralement à la conservation d’un contenu, grâce à la fixation et à la transmission que permet l’écrit, par différence avec l’oral. La comparaison avec les stratégies glossatrices en vigueur au Japon, aux VIIe-VIIIe s., montre une convergence de pratiques : la glose est à chaque fois une manière économique d’insérer de l’information, qu’il s’agisse de guides de lecture (portant sur des niveaux linguistiques) ou d’explications complémentaires. Andreas Nievergelt (résumé / texte intégral à paraître, cf. sélection bibliographique infra) rappelle que pour diverses raisons (parchemin frais, lumière rasante, habitude d’écrire et de lire en creux plus qu’en couleur), les gloses et notes à la pointe sèche étaient probablement plus aisément lisibles au Moyen Âge qu’aujourd’hui. La pointe sèche a servi tant à l’écrit (parfois chiffré) qu’au dessin, pour l’ébauche préparatoire ou pour une inscription définitive. L’identification et la datation des mains est plus ardue que pour l’écriture à l’encre. Andreas Nievergelt donne un état des lieux des manuscrits et du nombre de gloses à la pointe sèche identifiées, par domaine linguistique ; il souligne que les gloses latines, très nombreuses, sont sous-étudiées. Celles qui l’ont été évoquent la réflexion et les corrections de lettrés, de savants ; il est probable que les gloses et notes à la pointe sèche étaient généralement perçues comme un enrichissement du manuscrit et non comme une dégradation de ce dernier durant le haut Moyen Âge, alors qu’à partir des XIe-XIIe s. s’expriment des plaintes à l’égard des écoliers qui gâtent les manuscrits. Certains témoins précieux, tels les Évangiles de Lindisfarne, comprennent des gloses à l’encre comme des gloses à la pointe sèche. Claire Angotti souligne, dans la discussion, que les Sentences de Pierre Lombard, ultérieurement, sont souvent assorties de notes à la pointe sèche qui indiquent des corrections « officielles », destinées à être vues par tous. Michael Allen insiste sur la différence entre note (personnelle) et glose (objective), quel que soit le medium utilisé et étudie le corpus des notes tironiennes liées à l’édition de la correspondance de Loup de Ferrières par Heiric d’Auxerre.

Études de cas

Gloses à la pointe sèche en vernaculaire dans un texte principal en vernaculaire

Christine Wallis montre que les annotations à la pointe sèche du ms Oxford, Corpus Christi College, 279B (Bède, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, XIe s., en vieil-anglais) sont pour l’essentiel des corrections grammaticales, lexicales, voire textuelles, après comparaison avec d’autres manuscrits, le tout en vieil-anglais. Aucune de ces corrections n’a de lien attesté avec les glossaires en vieil-anglais. Une note précise cependant : « Celui qui écrit un bon livre a beaucoup de mérite » (fol. 115r).

Gloses latines et vernaculaires sur un texte principal en latin

Alderik Blom (résumé / texte intégral) souligne la hiérarchie textuelle présente dans le corpus de gloses latines et vernaculaires à la pointe sèche du Psautier de Saint-Caimín (début du XIIe s.). Le contenu des gloses marginales (latines ou en vieil-irlandais) transmet toujours l’interprétation patristique. En revanche, celui des gloses interlinéaires varie en fonction de la langue employée : le latin est réservé à l’exégèse, le vieil-irlandais aux substitutions lexicales de mots latins.

Dagmar Bronner (résumé / texte intégral) fait un état des lieux des gloses (encre et pointe sèche) en latin et en vieil-irlandais à partir d’un corpus de huit manuscrits (quatre bibliques, quatre grammaticaux, exégétiques, médicaux et philosophiques, VIIe-XIIe s.). Dans le manuscrit le mieux connu, étudié par Pádraig Ó Néill (Dublin, Trinity College Library, 55, ou Codex Usserianus Primus, du VIIe s.), les gloses latines sont beaucoup plus nombreuses et fournissent des variantes bibliques ou des commentaires exégétiques, tandis que les gloses vernaculaires sont, une fois encore, lexicales. Les gloses latines de Sankt Gallen, Stiftsbibliothek, 51, du milieu du VIIIe s., donnent également des variantes bibliques, à l’encre ou à la pointe sèche. Dans d’autres témoins, les gloses à la pointe sèche semblent « provisoires ».

Pierre-Yves Lambert montre que les gloses à l’encre en vieil-irlandais contenues dans un manuscrit latin du Psautier (Milan, Ambr. C 301, deuxième moitié du IXe s.) sont d’ordre lexical, grammatical, morphosyntaxique, syntaxique, et interprétatives ; elles paraissent destinées à un enseignement et contiennent quelques éléments en latin. Les gloses purement latines y sont rares en revanche.

Andreas Nievergelt et Heinrich Tiefenbach (absent physiquement, représenté par Andreas Nievergelt) indiquent qu’un corpus de manuscrits contenant des gloses en vieux saxon à la pointe sèche est lié aux missions en Saxe à partir du VIIIe siècle. Parmi eux, les Évangiles d’Essen fournissent des gloses du Xe siècle, sur un texte copié en latin au VIIIe siècle. Des gloses latines lui sont mêlées et l’étude de détail de ces usages permettra de clarifier le recours à une langue plutôt qu’une autre. Le manuscrit était selon toute vraisemblance destiné à enrichir la prédication.

Falko Klaes observe que les gloses latines et en vieux haut-allemand d’un manuscrit des Homélies sur les Évangiles de Grégoire le Grand (Trèves, Xe s.) met en œuvre des gloses à l’encre (24) ainsi que des gloses à la pointe sèche (14), tant dans les marges que dans les interlignes. Plus que la nouveauté linguistique, c’est l’organisation des gloses par strates successives et par leur fonction qui attire l’attention.

Elvira Glaser, enfin, fait état de 156 gloses en vieux haut-allemand, dont 135 gloses à la pointe sèche, dont 95 sont lisibles, et de 21 gloses à l’encre dans le sacramentaire de Prague (Cod. O.83), du VIIIe s. ; les gloses à l’encre paraissent plus anciennes et les gloses à la pointe sèche datent probablement du IXe siècle. Toutes semblent originales : elles reflèteraient donc un travail personnel sur le livre, peut-être dans un contexte missionnaire, le manuscrit étant peut-être originaire du sud de la Bavière.

Gloses latines à l’encre sur un texte principal en latin

Cinzia Grifoni (résumé) montre la cohérence codicologique et la subtilité du système qu’Otfrid de Wissembourg adopte pour mettre en page l’édition commentée qui accompagne la confection du Livre des Évangiles. Il résume et harmonise en vieux haut allemand le contenu des Évangiles tout en l’expliquant, de manière morale et spirituelle.

Inventaires et outils numériques

Dieter Studer-Joho fait l’inventaire des gloses en vieil-anglais et note qu’elles portent davantage sur les Évangiles que sur d’autres livres bibliques.

Markus Schiegg présente la base de données en libre accès sur internet (http://glossenwiki.phil.uni-augsburg.de/wiki/index.php?title=Hauptseite) qui recense toutes les gloses en vieil-allemand (soit celles de 196 manuscrits à ce jour identifiés), avec notices et bibliographie ; les gloses à la pointe sèche sont également répertoriées. Le site, actuellement en allemand, est appelé d’une part à disposer prochainement d’une version en anglais, d’autre part à s’élargir aux autres gloses vernaculaires (vieil-anglais et vieil-irlandais dans un premier temps).

Francesco Siri évoque l’analyse multi-spectrale pour étudier les palimpsestes, les manuscrits abîmés et pour distinguer les différentes strates d’écriture ; il suggère que cela pourrait permettre de mieux identifier et lire les gloses à la pointe sèche (voir par exemple les expériences effectuées dans le cadre de divers projets :

http://www.lazarusprojectimaging.com/ ; http://emel-library.org/; http://www.archimedespalimpsest.org/;www.manuscrits-de-chartres.fr).

Rappelons en outre que La Reflectance Transformation Imaging (RTI) a également été utilisée en ce sens (cf. par exemple https://youtu.be/SEr0rO3UHjs). Il semble en réalité que ces techniques permettent de mettre en lumière les gloses déjà repérées.

Discussions

La question principale est de savoir s’il existe une corrélation entre le contenu de la glose et le medium choisi pour cette glose, surtout quand l’écriture à la pointe sèche n’est pas provisoire, préparatoire, mais destinée à durer telle quelle. Dominique Poirel suggère que l’usage de la pointe sèche dans les gloses s’expliquerait par le souhait de diminuer la « pression » glossatrice : ce serait une posture de discrétion, dont l’auteur se parlerait à lui-même, tandis que les gloses à l’encre serait destinées à être sinon transmises, du moins à nourrir une tradition commune, comme autant d’« open sources ». Olivier Szerwiniack demande si l’usage de la pointe sèche dans les gloses vernaculaires indiquerait un rang hiérarchique inférieur à celui de la langue latine, au moins dans les manuscrits bibliques. Andreas Nievergelt répond qu’il y a davantage de gloses latines à la pointe sèche, même si elles ont été moins étudiées ; l’usage de tel ou tel medium ne correspond donc pas à un prestige plus ou moins grand de telle ou telle langue. Alderik Blom demande si gloses à la pointe sèche et cryptographie partagent parfois les mêmes fonctions. Andreas Nievergelt fait remarquer qu’il existe peu de gloses cryptographiques à la pointe sèche et que les usages ne semblent pas se recouper de manière évidente. Michael Allen fait remarquer qu’il est étonnant que les stylets, qui étaient d’usage courant au Moyen Âge, soient si peu souvent conservés aujourd’hui (un exemple est exposé au musée de Fulda). Certaines gloses, à la pointe sèche ou à l’encre, sont destinées à ponctuer le texte.

Conclusions

  1. Le premier constat est que les gloses à la pointe sèche, surtout les gloses latines, sont moins bien connues et qu’il est donc difficile, dans l’état actuel des connaissances, de proposer des conclusions fermes sur leur usage. On peut cependant noter qu’en termes de proportion, les gloses à la pointe sèche relèvent d’un usage largement minoritaire.
  2. Toutes les gloses à la pointe sèche ne se valent pas: certaines étaient destinées à être provisoires ; d’autres, plus appuyées, cherchaient probablement à être plus visibles.
  3. L’impression générale qui se dégage est qu’il n’y a pas de corrélation nette entre medium et contenu de la glose.
    1. Les gloses vernaculaires à la pointe sèche sont généralement brèves, comme les gloses vernaculaires à l’encre ; il existe en revanche dans les manuscrits de Saint-Gall des gloses latines à la pointe sèche assez longues.
    2. On n’observe pas de marque d’autorité accompagnant les gloses vernaculaires à la pointe sèche, comme ce peut être le cas des gloses latines à l’encre ; cela dit, ces marques n’existent pas non plus pour les gloses vernaculaires à l’encre.
    3. Il n’y a pas de « tradition» attestée de gloses à la pointe sèche (gloses copiées d’un manuscrit à l’autre), comme il en existe pour les gloses à l’encre ; quand bien même on peut – de manière rarissime – supposer qu’une glose à la pointe sèche copie une glose à l’encre, cela pourrait s’expliquer de manière provisoire ou accidentelle. Cela dit, à nouveau, le discriminant majeur n’est peut-être pas le medium utilisé mais la langue : les gloses latines à la pointe sèche sont sous-étudiées à l’heure actuelle. On peut donc supposer un rapport plus personnel au texte, plus direct aussi, dans le cas de l’usage de la pointe sèche… sous réserve de l’étude des corpus latins.
    4. On ne peut surtout rien conclure, dans l’état actuel des connaissances sur la volonté ou non de transmission des gloses selon le medium utilisé. Diverses enquêtes pourraient être menées à ce sujet :
      1. Est-ce que la copie d’un manuscrit glosé à l’encre et à la pointe sèche (ce qui est le cas de plusieurs manuscrits évoqués lors de ces journées) reproduit les deux types de gloses, seulement un seul, change-t-elle le medium utilisé pour chaque glose ? Elvira Glaser connaît quelques très rares exemples de gloses à la pointe sèche dont on suppose qu’elles sont des copies de gloses à l’encre. Mais tous les cas sont discutables et ne permettent pas de conclure de manière générale.
      2. Existe-t-il des gloses à la pointe sèche qui, comme certaines gloses latines à l’encre, peuvent naître liées à un corpus et être copiées autour d’un autre corpus (par exemple des gloses bibliques latines ont-elles pu être transmises en vernaculaire sur des ouvrages de grammaires ?)

 

Pour l’instant, il est difficile de savoir si le discriminant majeur est celui de la temporalité, du medium choisi ou de la langue, et ce en partie parce que les gloses latines à la pointe sèche sont beaucoup moins bien étudiées que les gloses vernaculaires à la pointe sèche. Contentons-nous de proposer provisoirement quelques tendances liées aux fonctions de ces gloses.

Il est possible qu’une évolution ait eu lieu, et que l’usage de telle langue ou de tel medium se soit progressivement spécialisé. Au début de la période considérée (VIIe – VIIIe siècle) les gloses, quels que soient la langue ou le medium utilisés, sont souvent plus brèves, plus lexicales, plus linguistiques (qu’il s’agisse d’explications ou de corrections). Dès le VIIIe et surtout au fil du IXe siècle, on assiste à une croissance des gloses portant sur le contenu du texte principal.

Le medium semble intervenir dans la question de la transmission : les gloses à la pointe sèche sont plus spontanées et ne se réclament pas d’une autorité, du moins parmi celles qui sont étudiées dans la période envisagée. Les gloses à l’encre, en revanche, sont destinées à être transmises, y compris dans des glossaires qui les déconnectent du texte auquel elles étaient originellement liées. Dans la tradition de toutes langues vernaculaires, les gloses à la pointe sèche précèdent celles à l’encre.

L’emplacement de la glose, quel que soit son medium, privilégie aussi un type de contenu ou d’usage. Compte tenu des contraintes et de la sophistication de certaines mises en page de textes glosés, on peut se demander si l’usage de la pointe sèche visait à alléger la visualisation des informations, ou plutôt à la hiérarchiser.

La question de l’autorité du glossateur a pu jouer : dans certains contextes, par exemple dans les bibliothèques monastiques, communautaires plutôt que privées, la discrétion des gloses à la pointe sèche est à mettre en relation avec le statut de leur auteur et son rapport avec le livre annoté.

Ajoutons encore la question pragmatique de l’outillage : s’agit-il d’une prise de notes dans des conditions où le glossateur n’avait pas accès au matériel d’écriture ? De ce fait, certaines gloses à la pointe sèche aurait-elle un caractère fortuit ? Est-il possible d’évaluer la quantité de texte glosé par campagne d’annotation (ou par main de glossateur) : de quelques gloses sur un passage à un balayage complet du texte ?

Selon les cas, l’un ou l’autre de ces facteurs a pu être prépondérant. Ces conclusions posent le constat de l’état cruellement fragmentaire de notre documentation. Nos connaissances du phénomène ont été biaisées par l’approche qui avait été adoptée au début du recensement des gloses à la pointe sèche : d’une part, l’élément latin des gloses n’ayant pas d’intérêt immédiat pour les linguistes, il a été délaissé ; d’autre part, le medium, sans influence pour l’analyse linguistique, il n’a pas soulevé de questionnements en soi. Par ce nouveau regard porté sur un versant moins connu de la pratique glossographique, nous avons tenté de poser des points de repères pour les études à venir. Et s’il faut conclure sur un point, c’est qu’il faut éditer toutes ces gloses, sans aucune discrimination, tout en enregistrant leur medium en tant que paramètre complémentaire à celui de sa localisation dans l’aire de la page. Il convient donc d’attendre que des corpus de gloses bilingues soient édités — et à cet égard l’outil offert par Pádraic Moran (NUI, Galway) sur la grammaire de Priscien du ms. Sankt Gallen, 904 est exemplaire (http://www.stgallpriscian.ie) : ces travaux préciseront les données matérielles et conserveront l’enchevêtrement des langues si fréquent dans les manuscrits.


Sumi Shimahara, Andreas Nievergelt, Franck Cinato, « Compte rendu de l’atelier de recherches ‘Gloses bibliques et para-bibliques du haut Moyen Âge. Gloses à l’encre et gloses à la pointe sèche’, tenu en Sorbonne les 20-21 octobre 2014 ».

Sélection bibliographique

Gloses à la pointe sèche (Andreas Nievergelt)

Bernhard Bischoff, « Nachträge zu den althochdeutschen Glossen », Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur 52 (1928), p. 153-168

Bernhard Bischoff, « Über Einritzungen- in Handschriften des frühen Mittelalters », dans B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, Ausgewählte Aufsätze zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, I, Stuttgart 1966, p. 88-92

Oliver Ernst, Die Griffelglossierung in Freisinger Handschrifen des frühen 9. Jahrhunderts, Heidelberg 2007

Alexander Falileyev – Paul Russell, « The Dry-Point Glosses in Oxoniensis Posterior », dans Paul Russell (éd.), Yr Hen Iaith, Studies in early Welsh, Aberystwyth 2003, p. 95-101

Elvira Glaser – Andreas Nievergelt, « Althochdeutsche Griffelglossen », in: Rolf Bergmann – Stefanie Stricker (Hg.), Die althochdeutsche und altsächsische Glossographie. Ein Handbuch, I-II, Berlin/New York 2009, I, p. 202-229

Elvira Glaser, Frühe Griffelglossierung aus Freising. Ein Beitrag zu den Anfängen althochdeutscher Schriftlichkeit, Studien zum Althochdeutschen 30, Göttingen 1996

Elvira Glaser, « Glosse incise. Studi sugli inizi della lingua scritta tedesca », Annali. Sezione germanica. Nuova serie II, 1-3 (1992 [1994]), p. 119-136

Michael McCormick, Five Hundred Unknown Glosses from the Palatine Virgil, Città del Vaticano, BAV 1992

Herbert Dean Meritt, « Old English Glosses, Mostly Dry Point », Journal of English and Germanic Philology 60 (1961) p. 441-450

Stephen Morrison, « On Some Noticed and Unnoticed Old English Scratched Glosses », English Studies 68 (1987), p. 209-213

Pádraig Ó Néill, « The Earliest Dry-Point Glosses in Codex Usserianus Primus », dans Toby Barnard, Dáibhi Ó Cróinín, Katharine Simms (éd.), A Miracle of Learning, Aldershot 1998, p. 1-28

Andreas Nievergelt, Die Glossierung der Handschrift Clm 18547b. Ein Beitrag zur Funktionalität der mittelalterlichen Griffelglossierung, Heidelberg, 2007

Andreas Nievergelt, « Zur Medialität der mittelalterlichen Griffelglossen », article à paraître

Raymond Ian Page, « New Work on Old English Scratched Glosses », dans Philip M. Tilling (éd.), Studies in English Language and Early Literature in Honour of Paul Christophersen, Coleraine 1981, p. 105-115

Annette Sousa Costa, « Des textes utilitaires d’époque carolingienne. Les éditions donnent-elles des bases sûres pour l’analyse de ces documents ? », Dokument / Monument. Textvarianz in den verschiedenen Disziplinen der europäischen Germanistik, Akten A.G.E.S., Aachen 2005, p. 39-54

Yasukazu Yoshizawa – Keiko Fujita, « Investigation of Stylus Writing in Dunhuang Manuscripts », Bulletin of College of Industrial Technology 31 (1997), p. 57-66

 

Gloses à l’encre (Franck Cinato, Andreas Nievergelt, Olivier Szerwiniack, Cinzia Grifoni)

Michael Balszuhn, «Schriftliche Glosse und mündlicher Unterricht», dans R. Bergmann, E. Glaser, C. Moulin Fankhänel, Mittelalterliche volkssprachige Glossen, S. 485-512

Rolf Bergmann, Stefanie Stricker, Katalog der althochdeutschen und altsächsischen Glossenhandschriften, unter Mitarbeit von Yvonne Goldammer und Claudia Wich-Reif, 1-6, Berlin, New York 2005

Rolf Bergmann, Stefanie Stricker (éds.), Die althochdeutsche und altsächsische Glossographie, 1-2, Berlin, New York 2009

Rolf Bergmann, Elvira Glaser, Claudine Moulin-Fankhänel (éds.), Mittelalterliche volkssprachige Glossen, Internationale Fachkonferenz des Zentrums für Mittelalterstudien der Otto-Friedrich-Universität Bamberg, 2. bis 4. August 1999, Heidelberg 2001

Dagmar Bronner, Verzeichnis altirischer Quellen (vorläufige Version), Marburg 2013

Franck Cinato, « Marginalia témoins du travail de Jean Scot sur Priscien », in I. Rosier-Catach (éd.), Arts du langage et théologie aux confins des XIe-XIIe siècles. Textes, Maîtres, Débats, Turnhout (Brepols : Studia Artistarum 26), 2011, p. 539-563.

Franck Cinato, « Accessus ad Priscianum. De Jean Scot Érigène a Létald de Micy », Archivium Latinitatis Medii Aevi 70 (2012), p. 27-90.

Franck Cinato, « À propos de deux livres d’Heiric d’Auxerre l’ars Prisciani et le Liber glossarum», Histoire Épistémologie langage 36/1 (2014), p. 121-177.

Franck Cinato, « Le ‘Goth Ansileubus’, les Glossae Salomonis et les glossaires wisigothiques. Mise au point sur les attributions et les sources glossographiques du Liber glossarum », Dossier HEL 8 (2015 ; complément au n° 36/1 HEL), p. 37-56.

Franck Cinato, Priscien glosé. L’Ars grammatica de Priscien vue à travers les gloses carolingiennes, Turnhout [2015, à paraître chez Brepols dans la collection Studia Artistarum]

Margaret Gibson, « Carolingian glossed Psalters », dans: R. Gameson (éd.), The early medieval Bible. Its Production, Decoration and Use, Cambridge, 1994, p. 78-100

Glossae biblicae, éd. P. Vaciago, CCCM 189 A et B, Turnhout, 2004

Glossae divinae historiae, The biblical Glosses of John Scottus Eriugena, éd. J. J. Contreni et P. P. O’ Neill, Florence, 1997

Cinzia Grifoni, « Le edizioni glossate di libri biblici nel sec. IX: la tipologia codicologica a tre colonne », dans: P. Chiesa (éd.), Paolino di Aquileia e il contributo italiano all´Europa carolingia. Atti del Convegno Internazionale di Studi, Cividale del Friuli-Premariacco, 10-13 ottobre 2002, Udine, 2003, p. 191-196

Anne Grondeux, « Auctoritas et glose : quelle place pour un auteur dans une glose ? », dans Auctor et auctoritas : invention et conformisme dans l’écriture médiévale. Actes du colloque de Saint-Quentin-en-Yvelines (14-16 juin 1999), dir. Michel Zimmermann, Paris, 2001, p. 245-254

Louis Holtz, « Glossaires et grammaire dans l’Antiquité » dans J. Hamesse (éd.),  Les manuscrits des lexiques et glossaires de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge, Louvaine-la-Neuve1996, p. 1-21

Louis Holtz, « La typologie des manuscrits grammaticaux latins », Revue d’Histoire des Textes, 7 (1977), p. 247-269

Louis Holtz, « Les manuscrits latins à gloses et à commentaires de l’Antiquité à l’époque carolingienne », dans Atti del convegno internazionale « Il libro e il testo », éd. Cesare Questa et Renato Raffaelli, Urbino, 1984, p. 141-167

Pierre-Yves Lambert, « Les commentaires celtiques à Bède le Vénérable », Études celtiques, n° 20, 1983, p. 119-143, 2 pl.

Pierre-Yves Lambert, « Les commentaires celtiques à Bède le Vénérable (suite) », Études celtiques, n° 21, 1984, p. 185-206.

Pierre-Yves Lambert, « Les gloses bibliques de Jean Scot : l’élément vieil-irlandais », Études celtiques, n° 22, 1985, p. 205-224.

Pierre-Yves Lambert, « Notes on Saint-Gall glosses », Celtica, n° 18, 1986, p. 77-86.

Pierre-Yves Lambert, « Varia. II. Les gloses bibliques de Jean Scot Érigène (l’élément vieil-irlandais) : Addition. III. Gloses celtiques aux commentaires de Virgile : Addendum », Études celtiques, n° 24, 1987, p. 326-328.

Pierre-Yves Lambert, « La typologie des gloses en vieux-breton », Britannia Monastica, n° 1, 1990, p. 13-21.

Michael Lapidge, « The Study of Latin Texts in late Anglo-Saxon England : The Evidence of Latin Glosses », dans Latin and the Vernacular Languages in Early Medieval Britain, éd. Nicholas Brooks, Leicester University Press, 1982, p. 99-140

Markus Schiegg, Frühmittelalterliche Glossen. Ein Beitrag zur Funktionalität und Kontextualität mittelalterlicher Schriftlichkeit, Heidelberg 2015

Elias Steinmeyer, «Lateinische und altenglische Glossen», dans Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 33 (1889) p. 242-251

Olivier Szerwiniack, « Un commentaire hiberno-latin des deux premiers livres d’Orose, Histoires contre les païens », Archivum Latinitatis Medii Aevi (Bulletin Du Cange), n° 51, 1993, p. 5-137 [consultable à l’adresse suivante : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/3440] et la suite, ALMA 65 (2007), p. 165-207.

Olivier Szerwiniack, « Le contact des langues dans quelques manuscrits occidentaux du ixe siècle », dans Le contact, dir. Christophe Donnet, Nicolas Mathevon et Éliane Viennot, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, Collection Les colloques de l’Institut universitaire de France 1, 2010, p. 261-277

Otfridi Wizanburgensis, Glossae in Matthaeum, éd. Cinzia Grifoni, CCCM 200, Turnhout, 2003

Adolfo Tura, « Essai sur les marginalia en tant que pratique et documents », dans Scientia in margine. Études sur les marginalia dans les manuscrits scientifiques du Moyen Âge à la Renaissance, éd. Danielle Jacquart et Charles Burnett, Droz : Hautes études médiévales et modernes 88, Genève, 2005, p. 261-387

Gernot Rudolf Wieland, « Gloss and Illustration : Two Means to the Same End ? », dans Anglo-Saxon Manuscripts and their Heritage, dir. Philipp Pulsiano & Elaine M. Treharne, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 1-20

Résumés

Dagmar Bronner, Dry-point glosses in Irish manuscripts (VIIe-IXe s et XIIe s.)

Les attestations de gloses à la pointe sèche en contexte irlandais (soit, ici, les manuscrits copiés par des scribes irlandais contenant des gloses écrites par des copistes irlandais ou continentaux et les manuscrits continentaux comportant des annotations en écriture irlandaise) sont très rares, ce qui est dû en partie aux lacunes de la recherche. D’après les travaux effectués, huit manuscrits datés des VIIe au XIIe s. fournissent de telles gloses. La langue de ces gloses dans tous ces témoins est généralement le latin. Les gloses en vieil-irlandais sont attestées avec fermeté uniquement dans le Codex Usserianus primus, manuscrit probablement copié en Irlande et comprenant une version vieille-latine des Évangiles. Alors que les gloses en vieil-irlandais y sont lexicales, les gloses latines, dans la mesure où elles ont été étudiées, présentent des corrections ou des commentaires exégétiques.

Evidence for dry-point glossing in an Irish context (i.e., manuscripts written by Irish scribes containing glosses written by either Irish or continental scribes, or continental manuscripts containing annotations written by an Irishman) is very scant, which may be partly due to a general lack of research. According to the literature there seem to exist up to eight manuscripts spanning a period from the seventh to the twelfth centuries. The language of the glosses in all of the manuscripts is usually Latin. Old Irish glosses are safely attested only in the seventh-century ‘Codex Usserianus Primus’, a manuscript, probably written in Ireland, of an Old Latin version of the Gospels. Whereas the Old Irish glosses are lexical, the Latin glosses, as far as is known, either present corrections or are exegetical.

Alderik H. Blom, Taxonomie des gloses latines et vernaculaires dans le « Psautier de Saint Caimín »

Cette communication résulte d’une étude comparative des gloses latines, celtiques et germaniques dont le psautier latin a été le sujet au haut moyen âge. L’exemple du « Psautier de Saint Caimín », daté d’environ 1100 av. J.-C. et glosé en latin ainsi qu’en vieil irlandais, montre comment une analyse typologique peut reconstruire les fonctions et les stratégies de lecture d’une vaste variété de gloses attestées dans un seul manuscrit. Les gloses latines, dans le texte principal ainsi que dans les marges, consistent pour la plus grande partie en commentaires, principalement de type explicatif et qui peuvent être attribués à diverses sources exégétiques connues. En revanche, dans le texte principal du psautier la langue vernaculaire est principalement utilisée pour la substitution lexicale. Pourtant, dans les marges l’irlandais est utilisé pour des gloses de commentaires comme le latin. Il est probable que les notions de hiérarchie textuelle, qui s’appliquent également à l’utilisation de l’écriture, aient dicté les différents usages du latin et du vieil irlandais.

Cinzia Grifoni, Les gloses latines sur les Évangiles attribuées à Otfrid de Wissembourg

La recherche sur les sources exégétiques du poème vernaculaire d’Otfrid de Wissembourg, le Livre des Évangiles, a conduit les savants à concentrer leur attention sur la bibliothèque médiévale de Wissembourg et sur les manuscrits qu’Otfrid utilisa, de fait, quand il rédigea cet ouvrage. Bien que la bibliothèque médiévale de Wissembourg n’ait pas conservé de manuscrit qui ait pu être une source directe du Livre des Évangiles, elle conserve toujours cinq éditions commentées, en latin, de divers livres bibliques, et tout particulièrement des Évangiles ; ces manuscrits sont des autographes d’Otfrid (Wolfenbüttel, HAB, Weiss. 26; 32; 33; 36; 59). Ces cinq manuscrits se ressemblent tant pour leur forme que pour leur contenu. Tous suivent en effet à peu près la même mise en page : ils ont été réglés selon un modèle particulier en trois colonnes, le texte principal étant copié au centre tandis que les gloses sont réparties sur les deux colonnes latérales, afin de respecter au mieux l’ordre du texte biblique. L’apparat glosé repose en outre sur une source basique (un abrégé haut-médiéval de commentaires plus anciens) associée à un nombre variable d’explications complémentaires. Ces beaux manuscrits montrent seulement de rares traces d’utilisation et furent peut-être des dons personnels d’Otfrid à la communauté monastique de Wissembourg.

The search for the exegetical sources of Otfrid of Weissenburg’s vernacular poem the Evangelienbuch has led modern scholars to focus their attention on the medieval library of Weissenburg and on the manuscripts Otfrid actually used when he wrote it. Although Weissenburg’s medieval library did not stock any manuscript which could work as direct source for the Evangelienbuch, it still holds five commented editions in Latin of several biblical books, and in particular of the Gospels, which have been recognized as Otfrid’s autographs (Wolfenbüttel, HAB, Weiss. 26; 32; 33; 36; 59). These five manuscripts are very similar as for their form and their contents. Indeed, they share almost the same layout and were ruled after a distinctive three-column pattern featuring the core text in the central column and the glosses in best order at its sides. The glossing apparatus consists furthermore of a basic source (an early medieval abbreviation of previous commentaries) and of a changing amount of complementary explanations. These beautiful manuscripts show only rare traces of use and were perhaps Otfrid’s personal gift to the monastic community of Weissenburg


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *